Têtes à Claques

vendredi 9 mars 2012

Au pays des Têtes à Claques

«Les têtes à claques», c’est près de 200 clips et plus de 400 millions de vues sur le Web. Tout ça depuis 2006. Mais, depuis un an, plus rien. «On travaillait à l’élaboration d’une série», explique Michel Beaudet, créateur du phénomène québécois. Les fans s’en doutaient, la nouvelle est donc confirmée: en janvier 2012, Canal+, Télétoon au Canada et le site Tetesaclaques.tv diffuseront la première série dérivée des vidéos humoristiques, «Au pays des têtes à claques». Huit épisodes de trente minutes regroupant tous les personnages cultes. Les deux premiers seront proposés demain au cinéma Rex de Vevey en avant-première mondiale, dans le cadre du Montreux Comedy Festival (la séance est complète).

«Après quatre ans, on voulait des histoires plus longues, raconte l’ex-publicitaire. Les clips sont devenus de plus en plus sophistiqués, les personnages bougent. La série TV, c’est de l’animation complète, tout en gardant le côté minimaliste que les fans aiment.» Minimaliste. Au bout du fil, sortant de la bouche de Michel Beaudet, le mot prononcé avec l’accent québécois fait automatiquement penser à l’un des épisodes les plus drôles des «Têtes à claques»: «Halloween» et ses deux enfants déguisés en clowns. C’est en effet lui qui continue à faire toutes les voix. C’est aussi ses yeux et sa bouche qui sont superposés sur les figurines que l’on voit à l’écran. «Malheureusement, je me suis créé un monstre que je dois supporter. Ma tête est coincée dans une sorte de guillotine et je dois la garder immobile le plus possible. J’ai déjà pensé déléguer, mais ça prendrait beaucoup trop de temps.»

Monique et Lucien se séparent
Avec Hugo Caron, directeur artistique, Simon Parizeau, monteur vidéo, et Alexis Cadieux, pour coécrire les textes, c’est donc la même équipe d’origine qui a planché sur la série, aidée tout de même par d’autres personnes. «Ça nous a fait du bien de travailler sur un nouveau format, confie Michel Beaudet. La tâche était plus lourde, mais il y a un côté plus facile à se concentrer sur des histoires plus longues.» Elles sont donc au nombre de huit, toutes différentes, narrant l’invasion des Martiens, une épidémie de grippe barbecue ou le procès d’Uncle Tom («notre personnage fétiche»). Les fans apprendront aussi que Monique et Lucien se séparent (!) et découvriront des petits nouveaux. «On a un chef scout, un petit joufflu très drôle. On va sûrement le réutiliser dans d’autres aventures.»

Michel Beaudet tournera d’ailleurs cinq épisodes supplémentaires après les Fêtes, notamment un spécial Halloween et une version maison du «Seigneur des anneaux», pour clore la saison 1. La série devrait en compter deux en tout. Et ensuite? «Prendre une pause, puis développer tout à fait autre chose.» D’ici là, les fans pourront faire perdurer le mythe avec une application pour créer sa propre «tête à claques» à l’aide d’une webcam. Minimaliste jusqu’au bout, mais culte.